La Banque mondiale et l’Agence française de développement s’engagent pour réduire les risques liés au déploiement mondial de l’énergie solaire

La Banque mondiale et l’Agence française de développement s’engagent pour réduire les risques liés au déploiement mondial de l’énergie solaire

Réduire les coûts et mobiliser 1 000 milliards de dollars d’investissements privés et publics pour financer 1 000 GW de capacité mondiale d’énergie solaire d’ici à 2030.

PARIS, le 10 décembre 2018 – La Banque mondiale et l’Agence Française de Développement (AFD) annoncent la mise en place d’une initiative mondiale conjointe d’atténuation des risques pour les projets solaires (en anglais SRMI pour « Solar Risk Mitigation Initiative »). Cette approche intégrée permet de s’attaquer aux questions politiques, techniques et financières liées à l’intensification du déploiement de l’énergie solaire, notamment dans certains pays à faible revenu.

Lancée à Delhi lors du premier sommet de l’Alliance solaire internationale (ASI) en mars 2018, l’initiative SRMI soutient l’objectif de l’ASI de réduire les coûts et de mobiliser 1 000 milliards de dollars d’investissements privés et publics pour financer 1 000 GW de capacité mondiale d’énergie solaire d’ici à 2030.

« La Banque mondiale, en partenariat avec l’AFD, maintient son engagement à l’égard des objectifs de l’Alliance solaire internationale et des efforts mondiaux pour lutter contre le changement climatique. Grâce à cette nouvelle approche intégrée, nous espérons accroître l’utilisation de l’énergie solaire en réduisant le coût de financement des projets photovoltaïques et en atténuant leurs risques, surtout dans les pays à faible revenu », a déclaré Riccardo Puliti, directeur principal du pôle Énergie et industries extractives de la Banque mondiale.

Alors que les coûts du photovoltaïque ne cessent de chuter, l’énergie solaire est de plus en plus perçue comme un élément clé de la lutte contre le changement climatique. Le déploiement du solaire reste cependant lent dans certains marchés émergents, notamment en Afrique, où le secteur privé considère que le financement de projets solaires comporte trop de risques. La SRMI vise à inverser cette tendance.

« Ce partenariat avec l’ASI et la Banque mondiale est un autre pas vers l’objectif de l’Accord de Paris de rediriger les flux financiers vers des projets de développement résilients et bas-carbone. L’AFD est heureuse d’unir ses forces avec ses partenaires pour concrétiser les engagements pris à la COP21, apporter des solutions pour réduire les risques d’investissements potentiels dans le photovoltaïque et encourager le secteur privé à investir dans le développement durable », a expliqué Rémy Rioux, directeur général de l’AFD.

L’approche intégrée de l’initiative SRMI comprendra :

  • le soutien au développement d’un environnement politique favorable dans les pays ciblés ;
  • une nouvelle plateforme de marchés publics en ligne pour faciliter et regrouper les enchères de projets solaires ;
  • un accent mis sur des projets solaires relativement petits (moins de 20 MW), en offrant un ensemble plus complet de mesures d’atténuation des risques à un plus grand nombre d’investisseurs et de financiers afin de promouvoir le déploiement à des stades ultérieurs. L’ensemble des mesures d’atténuation des risques financiers proposées par la SRMI s’appuiera sur une assistance technique et un engagement concerté en matière de planification, de cartographie des ressources et de réformes du secteur de l’électricité pour garantir la solvabilité des fournisseurs dans ces pays ;
  • l’atténuation des risques restants des projets solaires via des instruments financiers adéquats d’atténuation des risques tant pour les projets en réseau que hors réseau.

Les gouvernements indien et français ont lancé l’ASI, une organisation internationale dans le cadre de l’Accord de Paris sur le climat en 2015 afin d’augmenter les ressources en énergie solaire, réduire le coût du financement des projets photovoltaïques au niveau mondial et permettre d’atteindre l’Objectif de développement durable sur l’énergie (ODD7) qui est de garantir l’accès de tous à des services énergétiques fiables, durables et modernes, à un coût abordable. A ce jour, l’accord-cadre définissant les statuts de l’ASI a été signé par 71 pays et ratifié par 48 d’entre eux.

La SRMI est soutenue par le Programme d’assistance à la gestion du secteur énergétique (ESMAP) de la Banque mondiale, et par l’AFD. Avec 189 pays membres, des employés venant de 170 pays et des bureaux dans plus de 130 endroits, le Groupe de la Banque mondiale est un partenariat mondial unique : cinq institutions focalisées sur le développement durable pour réduire la pauvreté et accroître la prospérité partagée dans les pays en voie de développement.

L’AFD est la banque française de développement. Elle s’engage à financer et apporter une assistance technique à des projets qui améliorent réellement le quotidien, à la fois dans les pays en développement, dans les pays émergents et dans les territoires français d’outre-mer. Notre action est parfaitement en ligne avec les Objectifs de développement durable (ODD). Grâce à son réseau de 85 agences, l’AFD opère dans 110 pays, où elle finance, supervise et soutient plus de 3 600 projets de développement

 


COMMUNIQUÉ DE PRESSE N° : 2019/102/EEGP
Please follow and like us:
Leave a reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *


five + = 13